Le Yacht Club de Cavalaire organise chaque année plusieurs compétitions sportives sur le site exceptionnel de la baie de Cavalaire.
De la régate internationale,(420, 505, 29er, Classe A, Dart 18) à la régate locale (optimist), en passant par les épreuves nationales, de nombreuses séries de catamarans et de dériveurs viennent chaque année sur notre plan d’eau.
La qualité de l’accueil, l’organisation rodée, la ville de Cavalaire et ses alentours pour l’après-régate, la grande diversité de l’offre touristique font de ce site un endroit privilégié pour la régate mais aussi pour une pratique loisir.


Quelles que soient vos connaissances, vos compétences et vos envies, nous avons toujours besoin de bénévoles en mer ou à terre. N’hésitez pas à venir rejoindre notre équipe dynamique et conviviale de bénévoles. Des apprentissages sont prévus. Les titulaires d’un permis mer et les possesseurs de bateau sont les bienvenus. Les organisateurs, en fonction de vos compétences et de vos souhaits vous orienteront vers des contributions en mer ou à terre.

En mer vous pouvez être sollicités pour être en appui au comité de course, au viseur de la ligne de départ, au pointeur au vent, au mouilleur ou sur un canot de sécurité. A terre vous pouvez contribuer à la réception et à l’accueil des concurrents, leur inscription, le PC terre, ou pour des prestations de vente ou de distribution.

Faites vous connaître auprès des membres du bureau qui sont là pour vous conseiller.

Les quelques fondamentaux de la régate

L’esprit sportif est la motivation de toutes ces règles. Rappelons qu’une régate, c’est avant tout un jeu sportif.
Avant de parler des règles précises des courses à la voile (RCV), il convient d’avoir présent à l’esprit :

  • La Règle 1 Concerne la sécurité et l’aide à ceux qui sont en danger. On DOIT porter assistance en mer que l’on soit ou non en course. On doit disposer du matériel de sécurité et chacun est responsable de son usage.
  • La Règle 2 Elle s’intéresse à la loyauté en navigation, ce que nos voisins anglais nomment le fair-play. En cas de non-respect de cette loyauté sportive, cela entraîne des pénalités.
  • La Règle 3 porte sur l’acceptation des règles. Les concurrents s’engagent à se soumettre aux règles et approuver les éventuelles pénalités.
  • La Règle 4 précise une des notions très anglo-saxonnes : « La décision de participer ou de rester en course relève de l’équipage seul. » Les organisateurs de régate donnent les départs, les équipages décident en leur âme et conscience de concourir ou non en fonction de facteurs tels que les conditions météo, l’expérience de l’équipage, ou la préparation du bateau.
  • La Règle 5 traite des règles antidopage. Pour mémoire, l’éthylène à cause de ses vertus antistress est dans la liste des produits dopants. Alors c’est une bonne raison d’attendre le passage de ligne d’arrivée pour la distribution de bières fraiches.

Le respect du RIPAM (règlement international pour prévenir les abordages en mer).
Petit rappel sur le RIPAM , un règlement que nous sommes censés connaitre.

• Lors d’une régate, le RIPAM est toujours applicable la nuit.
• De même aux abords DST (dispositif de séparation du trafic), ces chenaux pour cargos comme on en trouve à la pointe du Finistère, ici, le RIPAM prévaut sur les RCV. Vous ne devez pas naviguer dans ces zones.
• Enfin, le RIPAM et notamment ses règles de priorités doivent être respectés avec les navires qui ne régate pas avec vous comme les ferries, les cargos, pêcheurs, et tous les autres plaisanciers.